*Forêt alluviale à aulne glutineux (incluses les charmaies)

Caractéristiques: 

Code UE : 91E0*
Code Corine : 44.3

Classification : Forêt de frênes et d’aulnes des fleuves médio-européens (Alnion glutinosae-incanae)

*Forêt alluviale à aulne glutineux (incluses les charmaies)*Forêt alluviale à aulne glutineux (incluses les charmaies)

*Forêt alluviale à aulne glutineux (incluses les charmaies)*Forêt alluviale à aulne glutineux (incluses les charmaies)

Présentation de l’habitat: 

Description et caractéristiques générales
Il s’agit d’un habitat des rivières à eaux vives des étages, de montagnes et de collines
(400 à 1200 m), parfois plus bas (c’est le cas ici) sur substrats siliceux dont les matériaux alluviaux contiennent toujours une charge plus ou moins importante de sables et de graviers. La nappe circule en surface dans les alluvions, elle possède une bonne oxygénation en général. L’habitat comporte des phases multiples de floraison au cours de l’année. Différents types peuvent y être associés, formant ainsi à un éco-complexe : milieux aquatiques, prairies, etc…La végétation forme des galeries étroites avec, parfois, la présence d’îlots boisés sur les levées alluvionnaires.

Répartition géographique
On trouve cet habitat dans les Vosges, le Massif Central, les Ardennes ; il est à rechercher dans les Alpes et les Pyrénées siliceuses. Il est également présent sur l’ensemble des massifs montagneux de l’Union Européenne et sa présence en région méditerranéenne reste exceptionnelle.

Espèces caractéristiques
Alnus glutinosa, Faxinus angustifolia subsp. oxycarpa, Carpinus betulus, Carex Angelica sylvestris, Scrophularia nodosa, Solanum dulcamara, Humulus lupulus, Rubus caesius, Bryonia dioica, Salvia glutinosa, Saponaria officinalis, Cornus sanguinea, Brachypodium sylvaticum, Vinca difformis subsp. difformis, Melica uniflora, Mercurialis perennis, Luzula forsteri, Molinia caeruela subsp. arundinacea, Stachys sylvatica, Campanula persicifolia, Arum maculatum, …
Equisetum hiemale, Lilium martagon, Sanicula europaea, Pimpinella major, Hyacinthoides italica, Ornithogalum pyrenaicum, Viola provincialis, Polystichum setiferum, Viola jordanii, Muscari botryoides, Erythronium dens-canis, Galanthus nivalis, Corydalis solida, Ranunculus macrophyllus, …

Evolution naturelle
Cet habitat occupe les berges de la rivière surtout dans les conditions fraîches (nord et est). Il a tendance à se renouveler après des perturbations liées aux crues et n’a donc pas le temps d’évoluer sans intervention humaine. Les peuplements les plus éloignés de l’axe central de la rivière qui leur succèdent représentent les charmaies dans lesquelles le charme houblon est très rare et dont la composition floristique est voisine de celles des ripisylves.

Menaces
- Pollution des eaux et les travaux de creusement en aval qui entraînent un abaissement de la nappe en amont. Cela peut conduire à l’assèchement et à la disparition d’espèces. Ainsi, l’étendue de l’habitat peut régresser à la suite de certains aménagements. C’est un milieu fragile où l’exploitation doit être prudente. Les dégradations sont fréquentes avec développement du peuplier blanc (Populus alba).

Intérêt patrimonial
Cet habitat abrite de nombreuses espèces végétales rares ou peu communes à l’échelle de la région méditerranéenne française, espèces euro-sibérienne telles que le polystic à soies ( Polysticum setiferum ) , protégé au niveau régional, la laîche pendante ( Carex pendula ) et la mélique à une fleur (Melica uniflora ). La renoncule à grandes feuilles (Ranunculus macrophyllus) aurait été vue dans les basses gorges de la Siagne.
La galerie à charmes a été réduite par les travaux effectués sur le cours d’eau.
Cet habitat a un intérêt paysager et contribue à la protection des rives et des habitats aquatiques voisins.
Elle possède un très grand intérêt patrimonial.

Etat à privilégier
Plusieurs états peuvent être envisagés :
- Aulnaie / frênaie à grand développement spatial.
- Aulnaie / frênaie linéaire.
- Liseré linéaire

Mesures de gestion proposées
La régression et la dégradation de ces systèmes, lorsqu’elles se produisent dans d’autres stations hors du site, sont en partie la conséquence de travaux hydrauliques.
Une réflexion à l’échelle du cours d’eau vis à vis de la dynamique alluviale devra s’imposer, si des aménagements sont nécessaires.
- Il faudrait donc mener un travail de sensibilisation de l’intérêt patrimonial de ces bords de rivière dans le cas où des aménagements forestiers seraient nécessaires. Il faudrait, en particulier, s’assurer du maintien des essences spontanées en place et du caractère alluvial de ces forêts.
- Il ne faut pas porter atteinte à la pérennité des formations végétales du cortège de l’habitat. Lorsque les peuplements sont accessibles, l’aulne glutineux est l’espèce principale à pérenniser. Dans les peuplements mélangés de frênes et
d’aulnes, il faut maintenir le mélange en réalisant des éclaircies sélectives qui favoriseront la présence des essences à bois tendres ou durs.
- Dans tous les cas, veiller à ne pas découvrir brutalement les berges ; le maintien de bouquets en bordure de cours d’eau crée des conditions d’ombrage favorables à la faune aquatique.
- Conserver certains individus, vieux ou morts, pour leur intérêt faunistique s’il n’y a pas de risque d’embâcles ou de chute d’arbres.

Localisation et caractéristiques de l’habitat en Haute Siagne: 

L’habitat typique se trouve sur le lieu-dit « Le Darboussier » de part et d’autre de la Siagne et à cheval sur les communes du Tignet et de Tanneron.
Quant aux forêts de charmes, elles sont localisées : en amont du Baou de Martin, du pont des Lignières jusqu’aux environs du Pont-Vieux, en aval du pont de Siagne en rive droite, par endroits, entre la chapelle de Saint-Cassien-des-Bois et le lieu-dit « Le Darboussier » en rive droite.
Cette forêt occupe des surfaces de taille moyenne en aval du pont des Moulins.
Il s’agit de ripisylves froides liées au contexte des gorges très caractéristiques de la Siagne en amont du pont de la Siagne et en rive droite de la rivière jusqu’à la sortie des gorges. Ces ripisylves dans la partie haute sont en contact avec le hêtre et, dans le secteur du pont de la Siagne jusqu’au débouché des gorges, avec les charmaies de Carpinus betulus qui représentent des milieux mésophiles et froids.
La caractéristique de ces formations est la dominance de l’aulne glutineux, souvent associé ici au tilleul cordé (Tilia cordata). L’aulne blanc (Alnus incana) est présent dans les parties plus hautes du réseau hydrographique, nettement en amont du pont de la Siagne. Le frêne à feuilles aiguës (Fraxinus angustifolia subsp. oxycarpa) est également bien développé.
L’association représente l’Alno tilietum cordatae (Loisel 1976).
On peut considérer que les peuplements de charmes (Euphorbio carpinetum, Barbero–Loisel 1970) sont en étroites liaisons avec ces ripisylves, tant sur le plan écologique que floristique. Ils en constituent une variante originale qui justifie leur réunion à l’habitat 91E0. Ces charmaies sont exceptionnellement riches.

Etat de conservation: 

Très bon état de conservation, avec des arbres d’âges divers et, surtout, une très grande richesse spécifique et une diversité des structures qui constituent, d’après M. Barbero, un véritable « joyau » botanique en région Provence–Alpes-Côte-d’Azur.

Date de publication Titre
10/10/2014 - 10:24 Ouvrage Moulins

Un ouvrage sur les Moulins en Haute Siagne devrait paraître en fin d'année. Il résume la vie de ses premières "usines" et en raconte l'histoire.

06/12/2013 - 12:35 1er Comité de Pilotage de l'étude "Diagnostic pour une gestion équilibrée de la ressource en eau du bassin versant de la Siagne"

Le Comité de Pilotage de l'étude ""Diagnostic pour une gestion équilibrée de la ressource en eau du bassin versant de la Siagne" menée par ARTELIA s'est réuni le 4 décembre 2013 à Mandelieu afin...

06/12/2013 - 12:21 Organigramme des instances pour l'élaboration du SAGE de la Siagne

Afin de mieux comprendre comment s'articule les différences instances pour l'élaboration du SAGE de la Siagne, nous vous proposons un organigramme simplifié

...