Pentes rocheuses calcaires avec végétation chasmophytique

Caractéristiques: 

Code UE : 8210
Code Corine : 62.13

Classification : Végétation des falaises continentales
calcaires (Potentillion caulescentis)

Pentes rocheuses calcaires avec végétation chasmophytiquePentes rocheuses calcaires avec végétation chasmophytique

Présentation de l’habitat: 

Description et caractéristiques générales
Cet habitat caractérisé par une végétation qui s’installe dans les anfractuosités de la roche se positionne sur les parois rocheuses naturelles (falaises) ou artificielles (remparts, murs de briques….) et sur des substrats riches en bases (calcaires naturels, murs). Il peut également apparaître sur des substrats initialement acides, mais enrichis secondairement en particules riches en bases.
Les conditions écologiques caractérisant cet habitat sont marquées par :
-des parois naturelles susceptibles de présenter une érosion contribuant à leur rajeunissement ;
-des sols très minces faiblement enrichis en humus (lithosols) se formant dans les fissures les plus larges ;
-des substrats naturellement peu enrichis en azote. Dans les situations artificielles, certaines formes de l’habitat peuvent toutefois s’enrichir en espèces nitrophiles, ce qui contribue à sa variabilité ;
-des expositions plutôt chaudes et éclairées.
La physionomie de la végétation vivace herbacée est simple. La végétation est non ou faiblement stratifiée, toujours assez clairsemée (environ 20 % de recouvrement) sur les parois verticales. Elle est également assez pauvre en espèces, en situation naturelle ; en situation artificielle, l’eutrophisation favorise l’arrivée d’autres espèces, souvent de taille plus élevée induisant une légère stratification et un peu plus fort recouvrement.

Répartition géographique
Cet habitat est présent à l’intérieur des terres de la région méditerranéenne ainsi qu’aux étages des collines à alpins de la région euro-sibérienne.

Espèces caractéristiques
Asplenium ceterach, Asplenium ruta-muraria, Asplenium trichomane, Asplenium fontanum, Buxus sempervirens, Hedera helix, Sesleria caerulea, Melica minuta, Melica amethystina, Hieracium praecox, Hieracium amplexicaule, Hieracium humile, Sedum dasyphyllum, Sedum montanum, Umbilicus rupestris, Erodium rodiei, …

Evolution naturelle
Cet habitat est permanent, sans vraie dynamique, surtout en position naturelle où les éboulements contribuent à rajeunir la paroi par alternance de gel et de dégel. Quelques
ligneux peuvent s’installer dans les infrastructures des corniches assez stables et des murs pour constituer un fourré de corniche. Une autre dynamique est aussi possible sur les murs et parois artificiels, par développement massif du lierre (Hedera helix) qui peut alors former une véritable draperie verticale où il peut être accompagné de son
orobanche parasite (Orobanche hederae) réduisant alors la végétation chasmophytique héliophile.

Menaces
 Cet habitat est surtout héliophile et sensible à l’eutrophisation et au piétinement par les randonneurs qui provoquent aussi un dérangement de la faune : chiroptère et avifaune principalement. En situation artificielle (murs, remparts,..), les actions humaines telles que la réfection des murs et leur traitement par herbicides lui sont nuisibles. Les influences anthropiques contribuent aussi à l’eutrophisation de l’habitat et à la modification de sa flore caractéristique.
 Ce type d’habitat est susceptible d’être affecté par l’ouverture de carrières.

Intérêt patrimonial
Cette formation existe en conditions naturelles et artificielle ce qui présente un double intérêt. En position naturelle, elle constitue un espace protégé, aux composantes stationnelles variées, favorable pour de nombreuses espèces végétales, dont le bec de grue de Rodié (Erodium rodiei), endémique des Préalpes de Grasse et protégée au niveau national, et à un intérêt paysager indéniable. En situation artificielle, cet écosystème participe à la biodiversité ordinaire et quotidienne de l’homme.
Enfin, ce type d’habitat est remarquablement intéressant pour les chiroptères, l’avifaune, les insectes, dont de nombreuses espèces trouvent refuge sur les plantes de fissures surtout aux expositions sud au moment de l’année (automne, printemps précoce) où les autres sont moins accueillants.

Etat à privilégier
Pérenniser l’état existant. Il convient de privilégier des formes d’eutrophisation.

Mesures se gestion proposées
 En situation naturelle : non-intervention sur les parois. Il conviendrait de limiter, déplacer ou canaliser les activités de varappe le long de couloirs délimités en fonction de la végétation en place ;
 En situation artificielle : limiter les re-jointements de murs s’il ne sont pas nécessaires ainsi que les dépôts d’herbicides ; les fougères par elles mêmes n’ont guère d’effet négatif sur ces murs ; il n’en est pas de même pour les arbustes et le lierre, dont il conviendra de contrôler l'extension.

Localisation et caractéristiques de l’habitat en Haute Siagne: 

Ce type d’habitat essentiellement représenté par les falaises sur le site, est largement présent dans la vallée de la Siagne jusqu’au pont de la Siagne. On le retrouve également dans la vallée de la Sagnole mais les édifices rocheux concernés sont plus dispersées et concernent des surfaces moins importantes.
47
Grande diversité de flore et de végétation liées à la variabilité des conditions stationnelles et l’exposition des parois. La plupart des falaises est liée au passage des cours d’eau en gorges à -travers les plateaux calcaires. D’après M. Barbero, la végétation des falaises de la Siagne est à forte biodiversité extrêmement riche (flore, entomofaune, chiroptères, oiseaux de l’annexe I de la Directive Oiseaux). L’association représentée se rapporte au Sileno-Asplenietum fontani, (Molinier 1934).

Etat de conservation: 

Ce type d’habitat est largement représenté sur le site où peu de perturbations l’atteignent en raison des difficultés d’accès. Il existe cependant des équipements sauvages (rive gauche de la Siagne–La Foux) et un site équipé en Siagnole de Mons (Baou du Gros).

Date de publication Titre
12/10/2009 - 10:06 Comité de pilotage NATURA 2000

La prochaine réunion de comité de pilotage du site NATURA 2000 Gorges de la Siagne (FR 9301574) aura lieu le 5 novembre 2009 à St vallier de Thiey à 14h30.
Ordre du jour :
1. Rappel...

15/09/2009 - 07:50 Les listes actualisées des sites Natura 2000 ont été publiés au JO-UE

Les listes biogéographiques (des sites d’importance communautaire terrestres - SIC) « actualisées » qui ont été approuvées le 12 décembre 2008 par la Commission Européenne, ont été publiées au...

15/09/2009 - 07:20 les 30 ans de la Directive Oiseaux

L‘Union Européenne célébre le 30e anniversaire de la directive « Oiseaux ». Ce fut le premier texte législatif de l’Union Européenne en faveur de la protection de la nature. La directive « Oiseaux...