Grand murin

Nom: 
Grand murin
Nom Scientifique: 
Myotis myotis (Borkhausen, 1797)
Présentation de l'espèce: 

Grand murinGrand murin

Classe : Mammifère
Ordre : Chiroptère
Famille : Vespertilionidés
Genre : Myotis
Espèce : myotis

Description et caractéristiques générales
Le grand murin est une espèce de grande taille, 6 à 8 cm de longueur, 35 à 40 cm d’envergure pour un poids de 20 à 40g. C’est une chauve-souris qui se caractérise par ses pavillons auriculaires membraneux et translucides et par un tragus en pointe.

Habitat
Peu difficile sur son choix de gîte, il fréquente les combles, les forêts claires possédant des arbres creux (mâles), les parcs, les friches buissonnantes près des bâtiments (châteaux, églises) (femelles), les fissures et les grottes. Etant donné son envergure, son gîte doit être vaste.
Plusieurs habitats d’intérêt communautaires potentiels lui sont favorables : 8210, Falaises rocheuses calcaires avec végétation chasmophytique (des Alpes ligures et des Apennins à saxifage à feuilles en languettes), 9150, Hêtraies saxicoles medio-européennes, 9180, Forêts de pentes, éboulis et ravins, 5110, Formation stable à buis des pentes rocheuses calcaires, 5210 Matorrals arborescents à genévrier de Phénicie.

Activité
Espèce nocturne qui ne sort que par temps doux on le trouve très souvent en compagnie du petit murin
Elle hiberne d’octobre à avril dans les grottes ou les cavités dont la température est comprise entre 7 et 12°C, isolément accrochées au plafond ou dans les fissures.
Il accède au gîte soit en vol soit par reptation et l’espèce se remarque par sa grande quantité de déjections.
Le grand murin peut parcourir une centaine de kilomètres entre son gîte d’été et son gîte d’hiver.

Alimentation
Amateur de gros insectes, il capture ses proies en vol : coléoptères type carabe, hannetons, perce-oreilles, diptères, papillons, araignées, opilions, myriapodes. Sa zone de chasse est les parcs, prairies, champs et bois (5 à 10 m au-dessus).

Reproduction
Elle a lieu en automne dans les combles chaudes ou des cavités souterraines, et la mise bas du petit, en juin.

Longévité
18 à 22 ans.

Répartition, Etat de Concervation & Evolution: 

Sur l’ensemble de son aire
Espèce d’Europe moyenne et méridionale.

En France
Espèce répandue partout de 0 à 1900 m dans les Alpes, 2200 m dans les Pyrénées.
Autrefois abondant partout, il semble aujourd’hui être en forte régression dans certaines régions.

En région Provence-Alpes-Côte-d’Azur
Le grand murin est en régression dans la région, sans doute à cause des divers dérangements subis dans les grottes et les carrières souterraines, la disparition de nombreux gîtes, les eaux polluées et les produits chimiques.

Intérêt et caractéristique: 

Particularité, originalité et intérêt justifiant la conservation de l'espèce sur le site

Il s’agit d’une espèce protégée dont les effectifs sont en forte régression, notamment dans la région. Quelques individus ont été localisés en Siagne, qui, par ailleurs, possède une colonie de petits murins avec lesquels il se mêle. Il est parfois difficile de différencier les deux espèces. Enfin le site de la haute Siagne présente de nombreux habitats potentiels au grand murin : grottes, arbres creux, ancien bâti, 5110, 5210, 8210, 9150, 9180.

Répartition détaillée sur le site

L’espèce a été observée dans des cavités du site : grotte au Guano, grotte aux Peintures, grotte de Pâques.

Mesures de protection actuelles

• Directive habitats : Annexe IV
• Convention de Berne : Annexe II
• Convention de Bonn : Annexe II
• Protection nationale : Arrêté modifié du 17.04.1981, JO du 19.05.1981, article 1 modifié (JO du 11.09.1993).
• Liste rouge : « vulnérable » (M.N.H.N. 1994)

Diagnostic synthétique: 

Espèce en fort déclin sur tout le territoire national, difficile à différencier du petit murin, a qui le site de la Haute Siagne propose de nombreux gîtes potentiels.

Objectifs de gestion: 

• Faire un suivi de l’espèce.

• Maintenir une mosaïque de milieux (par pâturage et éclaircies de forêts)

• Favoriser son habitat : conserver des forêts claires, des arbres creux, et conserver des îlots de vieillissement

• Fréquentation : éviter le dérangement surtout dans les grottes d’hibernation, de transition et de reproduction ; favoriser la concertation voire le conventionnement avec les spéléologues

• Eviter l’utilisation d’insecticides en forêt ainsi que les vermifuges pour les ovins (Ivermectine) ; préférer des produits de substitution

• Action de sensibilisation et de communication au public (spéléologues et touristique) par panneautage, plaquettes, expositions etc…

Date de publication Titre
12/11/2010 - 09:19 Le S.A.G.E.

Suite aux conclusions du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE), l’Etat a demandé qu’un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) soit élaboré sur la Siagne pour...

08/07/2010 - 00:00 Lancement du SAGE Siagne

Le SAGE Siagne a été officiellement lancé le 7 juillet 2010 en la mairie de Saint-Cézaire-sur-Siagne.
La réunion d'information pour les représentants des institutions, associations,syndicats...

19/11/2009 - 15:27 Comité de pilotage Natura 2000

Lors du comité de pilotage, du 5 novembre à Saint-Vallier,la charte Natura 2000 a été entérinée . Le comité de pilotage a élu une nouvelle présidente, Madame Annie Pomparat. Le compte rendu de ce...