Petit murin

Nom: 
Petit murin
Nom Scientifique: 
Myotis blythii (Tomes, 1857)
Présentation de l'espèce: 

Petit murinPetit murin

Code UE : 1307

Classe : Mammifères,
Ordre : Chiroptères,
Famille : Vespertilionidés
Genre : Myotis
Espèce : blythii

Description et caractéristiques générales

Description
Chauve-souris de grande taille, le Myotis blytii est morphologiquement très proche du grand murin, Myotis myotis. La détermination de ces deux espèces jumelles est délicate.
Une touffe de poils blancs sur la tête entre les oreilles semble caractériser le petit murin (95% des individus la possèdent en Suisse). Les mensurations crâniennes que sont la longueur condylobasale et la rangée dentaire supérieure fournissent également de bons critères pour distinguer les deux espèces.
Corps + Tête : (5,4) 6,2-7,1 (7,6) cm ; Avant-bras : 5,05-6,2 cm ; Envergure : 36,5-40,8 cm ; Poids : 15-29,5 g.
Pelage court, base des poils gris foncé. Face dorsale grise nuancée de brunâtre ; face ventrale gris-blanc ; patagium gris-brun clair.

Habitat
D'après le type des proies consommées, les terrains de chasse de cette espèce sont les milieux herbacés ouverts jusqu'à 2000 m d'altitude. Son affinité pour l'herbe haute l'amène à fréquenter en priorité les milieux de type steppe ouverte (avec une couverture buissonnante inférieure à 50%), prairie dense non fauchée et zone de pâturage extensif, voire les pelouses xériques où l'herbe haute est moins dense. Les prairies humides sont également exploitées notamment dans la Vallée du Rhin (limite nord de sa répartition). L'espèce semble éviter les forêts et les monocultures.
Gîtes d'estivage : en Europe orientale et méridionale, le petit murin occupe généralement des cavités souterraines surtout en période de reproduction. Dans ces gîtes, il constitue souvent d'importantes colonies d'élevage en s'associant avec d'autres chauves-souris cavernicoles. Les grottes utilisées sont généralement horizontales, de vaste volume et présentent des profils en cloche (pièges à air chaud). En Europe centrale, il s'installe de préférence dans de grands greniers de bâtiments où il s'associe généralement au grand murin Myotis myotis.
Gîtes d'hibernation : cavités souterraines (grottes, anciennes carrières, galeries de mines, caves) dont les températures sont voisines de 6 à 12 C° et l’hygrométrie élevée.

Activité
Le petit murin est une espèce plutôt sédentaire qui effectue des déplacements de quelques dizaines de kilomètres entre les gîtes d’été et ceux d’hiver.
Le petit murin entre en hibernation d'octobre à avril en fonction des conditions climatiques locales. Durant cette période, il est surtout rencontré isolément dans des fissures, rarement en essaim important.
Les colonies de reproduction comportent de quelques dizaines à quelques centaines d'individus majoritairement des femelles. Elles s'établissent d'avril à fin septembre dans des sites assez chauds, où la température peut atteindre plus de 35°C.
La majorité des terrains de chasse se situe en général dans un rayon de 5 à 6 km (jusqu’à 12 km) autour de la colonie (taille moyenne du territoire de chasse utilisé chaque nuit, environ 50 ha), en fonction des milieux et de leur densité en proies.
Le petit murin chasse généralement près du sol (30 à 70 cm de hauteur) en volant de manière continue, à vitesse modérée. Ayant détecté une proie, il se laisse tomber dessus les ailes déployées. En milieu herbacé dense, il est suspecté de capturer ses proies en les cueillant lors de vols stationnaires (type glanage).

Reproduction
L’accouplement a lieu dès le mois d'août et peut-être jusqu’au printemps. Un mâle peut avoir un harem avec mécanisme de marquage territorial olfactif (larges glandes faciales).
Les femelles donnent naissance à un seul jeune par an, exceptionnellement deux. Elles forment des colonies de mise bas en mixité avec Myotis myotis, Miniopterus schreibersi, Rhinolophus euryale ou Myotis capaccinii.
Les jeunes naissent de la mi-juin, jusqu’à la mi-juillet, commencent à voler à un mois et sont sevrés vers six semaines. Mortalité infantile importante si les conditions météorologiques sont défavorables (froid ou forte pluviométrie).
Maturité sexuelle précoce (à 3 mois pour les femelles, 15 mois pour les mâles.)

Longévité
Le baguage a révélé une longévité pouvant atteindre 25 ans mais l’espérance de vie ne doit probablement pas dépasser 4-5 ans.

Alimentation
Négligeant les arthropodes terrestres, le petit murin consomme essentiellement les arthropodes de la faune épigée des milieux herbacés (près de 70%) principalement les Tettigoniidés (sauterelles), larves de lépidoptères, acrididés et hétéroptères. Sont aussi présents dans le régime alimentaire : gryllidés (Grillus campestris), arachnidés, scarabaeidés, carabidés et syrphidés.
Les proies telles que les hannetons sont exploitées majoritairement au printemps. Le petit murin peut être considéré comme un prédateur généraliste-opportuniste, qui optimise le rendement énergétique de son activité de chasse par une sélection fine de son habitat qui est le milieu herbacé.

Répartition, Etat de Concervation & Evolution: 

Sur l'ensemble de son aire

En Europe, le petit murin se rencontre de la péninsule ibérique jusqu’en Turquie. Il est présent jusqu'en Mongolie (aire correspondant à la steppe tempérée eurasienne de la zone paléarctique). Il est absent au nord de l'Europe, notamment des îles britanniques, de la Scandinavie et de l'Afrique du Nord.

En France
Les difficultés d'identification de cette espèce engendrent un statut mal connu et un état des populations très partiel. Elle est présente dans les départements du sud de la France, remontant jusqu'en Limousin à l'ouest et en Franche-Comté à l'est. Absent en Corse.

En région Provence-Alpes-Côte-d'Azur
La répartition de l'espèce est mal connue en raison de la confusion possible avec Myotis myotis.
Seules six colonies de reproduction sont connues dans la région, comprenant entre 80 et 500 individus.

Intérêt et caractéristique: 

Particularité, originalité et intérêt justifiant la conservation de l'espèce sur le site
La grotte au Guano est le seul gîte de mise bas connu pour le petit murin dans les Alpes-Maritimes.
Les 3 colonies de reproduction présentes sur les pourtours de Canjuers sont dans des contextes assez semblables (gorges calcaires de moyenne altitude avec plateaux pâturés).

Distribution détaillée sur le site
Le petit murin a été observé : dans la grotte au Guano de Saint-Cézaire-sur-Siagne, depuis 1997, du mois de mai au mois de septembre, la grotte aux Peintures de Mons, certaines années et à l’entrée de la résurgence de la Foux de Saint-Cézaire-sur-Siagne, un individu a été capturé (1998).

Données biologiques pour la conservation
Effectif : Le 31 août 2000, le cumul des effectifs de la grotte au Guano et de la grotte aux Peintures était de 93 individus (jeunes compris). Il s’agit du maximum observé depuis 1996.

Structuration spatiale des populations

La Grotte au Guano est le seul gîte de reproduction de petit murin connu dans ce secteur. La Grotte aux Peintures est également occupée certaines années, mais cette grotte est probablement un gîte secondaire dans lequel les animaux se replient lorsque la Grotte au Guano a été dérangée.
L'espèce est potentiellement présente en chasse, sur l'ensemble des zones ouvertes du site, et plus particulièrement dans les 5 km autour de la Grotte au Guano.

Données démographiques
Le dénombrement de cette espèce n’est pas toujours facile car les animaux sont mêlés aux autres espèces cavernicoles (minioptère et murin de Capaccini).
Depuis 1996 la population estivale est trop fluctuante pour définir une évolution (entre 60 et 90 individus). La reproduction est peu suivie mais semble assez faible (aucun jeune en 1996, 17 jeunes en 1997, entre 30 et 50 en 2000).

Tendances évolutives et potentialités de régénération
Inconnues.

Mesures de protection actuelles
- Directive Habitats : Annexes II et IV.
- Convention de Bonn : Annexe II.
- Convention de Berne : Annexe II.
- Protection nationale : Arrêté modifié du 17.04.1981, JO du 19.05.1981, article 1 modifié (JO du 11.09.1993)).

Diagnostic synthétique: 

Le petit murin est une grande chauve-souris qui affectionne les milieux ouverts à herbes hautes. Cette espèce chasse principalement des sauterelles et divers gros arthropodes (hannetons, araignées…). Elle est affectée par la déprise agricole et la fermeture des milieux.
En région méditerranéenne elle se reproduit généralement dans des grottes de vaste volume, en association avec d'autres espèces, dont notamment le minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersi) et le murin de Capaccini (Myotis capaccinii).
La grotte au Guano est le seul gîte de mise bas connu pour le petit murin dans les Alpes-Maritimes. Ce gîte semble régulièrement perturbé par des promeneurs en période estivale. La population dans les gorges de la Siagne est estimée à moins de 100 individus.

Objectifs de gestion: 

- Le maintien de cette petite population passe par la protection du seul gîte de mise bas, la grotte au Guano de Saint-Cézaire-sur-Siagne et par des mesures d’entretien des milieux ouverts, voire de réouverture par le pâturage, sur les communes en périphérie du gîte de reproduction.
- Il faut aussi encourager l’entretien des oliveraies où l’espèce chasse par des méthodes d’agriculture biologique ou raisonnée.

Mesure complémentaires

- Actuellement, les connaissances de l'espèce sur le site sont insuffisantes pour évaluer l’évolution de la population locale. La réalisation d'études complémentaires est donc souhaitable.
- Suivi de la reproduction de l’espèce sur le site (deux visites estivales par an).

Date de publication Titre
12/10/2009 - 10:06 Comité de pilotage NATURA 2000

La prochaine réunion de comité de pilotage du site NATURA 2000 Gorges de la Siagne (FR 9301574) aura lieu le 5 novembre 2009 à St vallier de Thiey à 14h30.
Ordre du jour :
1. Rappel...

15/09/2009 - 07:50 Les listes actualisées des sites Natura 2000 ont été publiés au JO-UE

Les listes biogéographiques (des sites d’importance communautaire terrestres - SIC) « actualisées » qui ont été approuvées le 12 décembre 2008 par la Commission Européenne, ont été publiées au...

15/09/2009 - 07:20 les 30 ans de la Directive Oiseaux

L‘Union Européenne célébre le 30e anniversaire de la directive « Oiseaux ». Ce fut le premier texte législatif de l’Union Européenne en faveur de la protection de la nature. La directive « Oiseaux...