Saint-Vallier-de-Thiey

Situation: 

Saint-Vallier-de-Thiey, chef lieu de canton, arrondissement de Grasse, se situe à 750m d’altitude. Le village occupe un vaste plateau, au relief s’élévant à plus de 1000m au nord, formant la montagne du Doublier puis le plateau de la Malle et la montagne du Thiey culminant à 1400m. Ce charmant petit village est au centre d’une région touristique qui ne manque pas d’interêt. Son coté floristique est des plus riches en espèces rares et localisées.Pendant l’ère secondaire il faut retenir la présence d’une mer chaude et profonde, recouvrant les Alpes-Maritimes. Cette masse d’eau a déposé, en 50 millions d’années, des milliers de mètres de sédiments et, entre autre le calcaire formant les “plans de Saint-Vallier”. A l’époque oligocène Saint-Vallier était entouré de petits lacs, cela était du aux bassins comblés par les eaux descendantes des montagnes du Cheiron et de l’Audibergue. La région possède le caractère aride propre au relief karstiques. Saint-VallierSaint-VallierVillageVillage

Antiquite: 

Pendant la période glaciaire, l’homme vivait dans des grottes et des abris sous roche. La grotte Lombart à Saint-Vallier-de-Thiey, découverte par Casimir Bottin en 1883,montre une première occupation au mésolithique (-6000 avant J.C) et une seconde au néolithique (entre 5000 et 5230 avant J.C). "Une des rares grottes des Alpes-Maritimes à présenter la succession
stratigraphique des derniers chasseurs de la préhistoire". Saint-Vallier est une zone archéologique assez importante, beaucoup de vestiges de dolmens (12) ainsi que des murailles en pierre sèche et des bories de plusieurs formes font partie de la vie rurale.Dolmen VerdolineDolmen VerdolineBorie ou cabane en pierres sèchesBorie ou cabane en pierres sèches

Histoire: 

A l’origine, Saint-Vallier s’appelait “Castrum Sancti Valérii” puis Saint-Vallier. C’est en 1846 que le nom de la montagne du Thiey fut ajouté à celui de Saint- Vallier. Au début, le village de Saint-Vallier se trouvait sur les hauteurs de la montagne du Doublier au lieu-dit “Tour de Cavagne ou Chèvre d’or”, une charte de 1061 le confirme.L’historien Garcin raconte qu’à l’emplacement primitif du village se trouvait un temple païen dédié à la “ Chèvre d’or “. Il est probable que Saint-Vallier existait avant les romains mais sous un autre nom. Dans la première moitié du XIIIe siècle, il existait sur le territoire de Saint-Vallier, deux seigneuries : Saint-Vallier et la Motte. Sur la rive droite de la Siagne, près des sources, subsistent encore les vestiges d’une tour, la "Motte Féodale". Le "fief de la Motte" était un territoire à cheval sur la Siagne, séparé du "fief de Saint-Vallier". En 1242, le dernier seigneur de la Motte, Dame "Fida de la Mota", cèda à l’évêque d’Antibes son fief qui sera l’année suivante réuni à celui de Saint-Vallier sous la même autorité, le chapitre de Grasse. .Blason Saint-VallierBlason Saint-VallierTour de Cavagne, village primitifTour de Cavagne, village primitif

Le Religieux: 

A l’ouest du village, jeu de boule actuel, existait
la Chapelle St-Roch. Citée en 1679 en ruine, elle fut remplacée par une croix en 1827. A l’entrée est du village se trouvait la Chapelle Saint Antoine. Détruite, elle fut remplacée par une croix en 1886.
A la sortie du village, route de Grasse, la chapelle Saint-Esprit a été batie en 1635 par les Pénitents. Elle fut désaffectée en 1870. La chapelle Sainte-Luce jouissait jusqu’au XIXe siècle d’une grande réputation
abritant un “puits miraculeux” guérissant les maladies d’yeux. La 1ère mention de la chapelle date de 1605, elle est dite “hors la ville”. La chapelle Saint-Jean, appârait dans les textes en 1669. Elle pourrait être bâtie sur l’ancienne “ecclesia de Mota” citée en 1242. En 1828 y est adjoint un porche couvert.La chapelle Sainte-Brigitte, au sud-ouest du village, protégeait les fruits de la terre. Elle est citée en 1569 et en 1635.Elle est convertie en monument aux morts en
1923. La chapelle Saint-Pons, citée en 1605, est vouée à la protection des troupeaux. Elle est située à l’entrée du “Deffens”. L’église de SAINt-Vallier est située au coeur du village médiéval et représente le plus ancien monument. L’église de style roman date du milieu du XIIe siècle.On suppose une fondation
originelle par les moines de Lérins, peut-être dès le Ve -VIe siècle.Eglise place MistralEglise place MistralChapelle Saint-JeanChapelle Saint-Jean Croix Saint-RochCroix Saint-RochChapelle Sainte-LuceChapelle Sainte-Luce

Saint-Vallier était un fief d’église et non de seigneurs laïcs.

Le village: 

Au cours du XIIe siècle, le village fut implanté sur son site actuel, alors formé par les places Mistral et du Tour, avec la maison Capitulaire, logis du seigneur. A cette époque, deux portes permettaient l’entrée dans le village qui était entouré d'une première enciente. Au XIVe siècle, Saint-Vallier s’agrandit au sud et à l’est. Une seconde enceinte et deux nouvelles portes sont construites, une donnant sur la place de la Placette, et l’autre sur la place du Pertus.Première enciente du villagePremière enciente du villageAncienne porte, seconde enceinteAncienne porte, seconde enceinte

D’énormes travaux furent effectués dans la "grande rue", entre 1845 et 1849, afin qu’elle atteigne 8m de largeur deux maisons ont été démolies et les façades rectifiées.

Le terroir: 

La commune de Saint-Vallier-de-Thiey possède un vaste territoire de plus de 5000 hectares. Il était divisé entre le “Deffens” et les “terres gastes”. La communauté entretenait la forêt et régissait de façon stricte son usage. Le règlement du Deffens avait été institué afin qu’une partie ne soit jamais semée ni amputée de ses arbres.La production principale du territoire de St Vallier a été, depuis le Moyen Age, les céréales: le blé dit “annone”, le seigle, le méteil ( mélange de froment et de seigle ) et l’avoine. Il faut ajouter diverses plantes potagères: les pois chiches, les fèves, les haricots secs. Le cadastre de 1742 dénombre 27 aires de battage et celui de 1817 en cite 68. L’élevage était la deuxième ressource des habitants, le territoire riche en pâture a permis l’entretien de milliers de moutons.Le premier
recensement, de 1471, dénombre 2010 ovins et caprins, et celui de 1609 en dénombre 12000, moutons, agneaux et chèvres. La foire au bétail, en septembre, était importante. Dans un texte de 1730 il est noté les conditions particulières de la seule boucherie du village. Celle-ci était située dans un bâtiment construit sur la façade ouest de la mairie, elle fut démolie en 1847 lors de la création de la Route Nationale 85.
Foulage dans le grand préFoulage dans le grand préBétail traversant le villageBétail traversant le village

Les voies de communication: 

La construction de la route N85 a commencé en 1834, atteignant Saint-Vallier en 1849. Celle-ci ne suit les anciens tracés que sur quelques petites portions. Dans les écrits du XIIIe siècle, elle est dénommée “chemin qui vient de Saint-Vallier”. Lorsque Napoléon, avec un millier d’hommes, s’engagea en plein hiver sur les routes de montagne, il fut très déçu de constater que les ordres qu’il avait donnés en 1802, pour rendre la route carrossable, n’avaient pas été exécutés.Napoléon se serait reposé sur le banc de pierre sous l’orme de la place, qui était alors à l’endroit où est érigé la colonne au buste Impérial (1870) et se serait restauré à l’auberge. La troupe reprit son chemin, passant au pont de Siagne et remontant sur le flanc du territoire d’Escragnolles, jusqu’à la chapelle St-Martin. En 1736 apparaît un premier devis de construction du pont Saint-Jean, qui traverse la Siagne. Avant cette construction le vieux chemin passait sur la rive gauche jusqu’aux sources. Ce pont sera détruit dans la nuit de 24 au 25 novembre 1911, à la suite de pluies torrentielles et reconstruit en 1931.La route fut dite, “chemin Royal allant à Castellane”, “Grand chemin Royal”, “chemin Royal” et “route Royale d’Antibes à Sisteron”. C’est en 1913 que l’abbé Chaperon de la Martre propose que l’on baptise la route d’Antibes à Lyon, “Route Napoléon”.
Route de CastellaneRoute de CastellaneCentre villageCentre village

Les moulins: 

La deuxième citation, dans le cartulaire de Lérins, d’un moulin à blé sur la Siagne , date de 1389; il s’agit du moulin de la Motte ou Saint-Jean. D’abord propriété du chapitre de Grasse, seigneur de Saint Vallier, il revient en 1527 à la communauté puis en 1722 à des particuliers. Le “Molendinum de la Motta” tire son nom de la motte féodale mais n’existait pas lors de la donation de Dame Fida. Le moulin n’est cité qu’à partir de 1389. La “banalité” était seigneuriale, puis devint communale et enfin dite “roturière”. En 1907 les meules s’arrêtent définitivement de tourner. Le moulin appartenait à Pons Alexandre Rebuffel qui le vendit à la Compagnie d’Energie Electrique du Littoral.Plan moulin Saint-JeanPlan moulin Saint-JeanMeules du moulinMeules du moulin
Le moulin de la “Moutte”, dit “Malaplate” fut bâti vers 1852-53 par Claude d’Escragnolles. Il s’agit d’un moulin à farine et d’un foulon à parer les draps. Un autre moulin existait aussi au quartier de la Fontaine des Prés, construit en 1843 par le sieur Fabreguette. Un moulin à vent était implanté au quartier du Puas.
Travaux moulin Saint-JeanTravaux moulin Saint-Jean

L'eau: 

"Ciagno” cité en 1046 et en 1566 “Siagno”, en provençal
“Sagno” se traduit par marais. Cela convient à la basse Siagne qui avait la réputation d’insalubrité. Mais les historiens voient dans l’antique nom d’Escragnolles, l’origine du mot Siagne. Le fleuve Siagne est issu des massifs calcaires de l’Audibergue et du Thiey. Les terrains traversés par la Siagne et ses premiers affluents appartiennent essentiellement au jurassique. Après Saint-Cézaire,la Siagne entre en contact avec des terrains triasique. La Siagne prend sa source sur le territoire d’Escragnolles, passe à Saint-Vallier, Saint-Cézaire, le Tignet, Auribeau, Pégomas et se jette dans la mer à Mandelieu après une course de 44km. Ce coin de Provence mérite tout à fait la dénomination de “Pays des Siagne” où les pêcheurs et amoureux de la nature trouvent leur bonheur. La Siagne, pont Saint-JeanLa Siagne, pont Saint-JeanLa Siagne Saint-VallierLa Siagne Saint-Vallier

Les souvenirs: 

Place de la RouguièrePlace de la RouguièrePlace du TourPlace du TourEglise 1917Eglise 1917Saint-Vallier de Thiey 1960Saint-Vallier de Thiey 1960Place de l'ApiéPlace de l'Apié

Date de publication Titreicone de tri
06/12/2013 - 12:35 1er Comité de Pilotage de l'étude "Diagnostic pour une gestion équilibrée de la ressource en eau du bassin versant de la Siagne"

Le Comité de Pilotage de l'étude ""Diagnostic pour une gestion équilibrée de la ressource en eau du bassin versant de la Siagne" menée par ARTELIA s'est réuni le 4 décembre 2013 à Mandelieu afin...

06/12/2013 - 12:08 2ème réunion de la Commission Locale de l'Eau

La Commission Locale de l'Eau (CLE) s'est réunie le 13 novembre 2013 à Tanneron.

Lors de cette réunion les membres de la CLE ont validé :
- les règles de fonctionnement

- la...

08/07/2013 - 16:07 Arrêté de la CLE

L'arrêté de la composition de la Commission Locale de l'Eau a été validé le 14 mai 2013 et signé par le Préfet des Alpes-Maritimes, M. Christophe MIRMAND.