Barbeau méridional

Nom: 
Barbeau méridional
Nom Scientifique: 
Barbus meridionalis (Risso, 1826)
Présentation de l'espèce: 

Barbeau méridionalBarbeau méridional

Code UE 1138

Embranchement : Vertébrés
Classe : Poissons Ostéichtyens (poissons osseux)
Ordre : Cypriniformes
Famille : Cyprinidés
Genre : Barbus
Espèce : meridionalis

Description et caractéristiques générales
Description
Le barbeau méridional est un poisson au corps allongé, à dos gris-brun légèrement bombé. Ses flancs sont jaunâtres et le ventre blanc. Le dos, les flancs et les nageoires impaires portent de petites tâches sombres.
La tête est longue, la bouche en position infère, est bordée d'épaisses lèvres charnues.
La lèvre supérieure porte 4 barbillons.
La nageoire dorsale comporte 7 à 11 rayons, le premier, plus long et ossifié, n'est pas dentelé sur son bord postérieur, contrairement au barbeau fluviatile. La nageoire anale est relativement longue et atteint l'origine de la nageoire caudale quand on la rabat en arrière.
Les écailles sont de taille moyenne, il y en a 48 à 55 le long de la ligne latérale.
Cette espèce, plus petite que le barbeau fluviatile, dépasse rarement 25 cm et 200 g.
Les dents pharyngiennes se répartissent en 2 ou 3 rangs : 5-3-1(2) ou 5-3(2). Le barbeau méridional a entre 7 et 9 branchiospines.

Habitat
Le barbeau méridional préfère des eaux fraîches et bien oxygénées mais supporte bien une eau réchauffée et une baisse d’oxygène.

Activité
Il vit en bancs au fond de l'eau, sur des substrats fermes. Il est particulièrement résistant aux assecs partiels des rivières méditerranéennes.

Reproduction
Le barbeau méridional se reproduit sur des bancs de graviers, entre mai et juillet. La ponte peut se dérouler en pleine eau ; elle peut être également fractionnée et avoir lieu au printemps en été ou en automne.

Alimentation
Le barbeau méridional est une espèce benthique, fouisseuse des fonds. Sa nourriture est surtout constituée par des organismes benthiques : vers, crustacés, mollusques, larves d'insectes. Ce régime alimentaire peut être complété par des algues, des débris végétaux, des œufs de poissons et, pour les adultes, par des petits poissons.

Répartition, Etat de Concervation & Evolution: 

Sur l’ensemble de son aire
Le barbeau méridional est autochtone de l'Europe méridionale, relique de l'ancienne faune antérieure aux périodes glaciaires. Cette espèce, sur les bassins versant de la côte méditerranéenne, n'est présente qu'en Espagne en France et en Italie. Le barbeau méridional est l’espèce ancestrale sur les cours d’eau du bassin méditerranéen .Le barbeau fluviatile n’a colonisé ces cours d’eau que plus tard, après les glaciations. Il est entré en compétition avec le barbeau méridional qui est en général repoussé en tête de bassin.
En France
Le barbeau méridional est présent uniquement dans le sud de la France. Sur le bassin, il se concentre essentiellement sur trois grandes zones : les Pyrénées Orientales, le sud du Massif Central et le sud-ouest des Alpes.
En région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Le barbeau méridional est présent dans toute la région. Il cohabite souvent avec le barbeau fluviatile (Barbus fluviatilis), sauf dans les Alpes-Maritimes où on ne rencontre que le barbeau méridional.

Intérêt et caractéristique: 

Particularité, originalité et intérêt justifiant la conservation de l’espèce sur le site
Le site se trouve dans la zone de répartition de ce poisson ancestral. Le barbeau méridional est une espèce repère importante et originale caractérisant les rivières méditerranéennes.

Distribution détaillée sur le site
Sur la Siagne, le barbeau méridional est présent sur la quasi totalité du site, sauf en amont de la confluence de la Siagnole d’Escragnolles : Château de l’Enfer, Rasclaou, viaduc cassé, Darbousier, Biançon, Siagnoles de Mons, Le Gabre.

Données biologiques pour la conservation
Effectif : 21individus/ha au Rasclaou, 54 individus/ha au viaduc cassé, 1039 individus/ha sur le Biançon, 107 individus/ha au Gabre à Auribeau-sur-Siagne, (extrait de l’étude ichtyologique de la Siagne réalisée par le CSP en 2001, pour le compte du SIIVU de la Haute Siagne).

Structuration spatiale des populations Il est plus abondant sur la partie supérieure, soit dans le secteur du Biançon au pont des Veyans, et diminue vers l’amont. Les densités (s’échelonnant de 20 à 300 individus/ha pour la Siagne) sont cependant faibles à très faibles sur l’ensemble du cours d’eau, à l’exception du Biançon.
Cette structure indique une population équilibrées comportant de nombreux juvéniles sur la partie basse du bassin de la Siagne (Biançon), avec d’importantes fluctuations certainement dues aux facteurs hydroclimatiques.
Impact négatif créé par la fermeture du substrat (incrustation des fonds).

Tendances évolutives et potentialités de régénération
Les conditions actuelles d’habitat citées: incrustation importante des fonds, limitent les ressources trophiques et ne permettent pas une évolution favorable des populations.

Mesures de protection actuelles
- Directive Habitats : Annexes II et V
- Convention de Berne : Annexe III
- Protection nationale : Arrêté ministériel du 8 décembre 1988 qui donne la liste des poissons protégés sur l'ensemble du territoire national.
- Listes UICN (1990) : « rare »
En outre, le barbeau méridional serait susceptible de bénéficier de mesures de protection prises dans le cadre d'un Arrêté de Protection de Biotope.

Diagnostic synthétique: 

Le barbeau méridional est une espèce ancestrale qui n'est présente que sur une zone limitée du pourtour méditerranéen, en France et en Espagne.
La fréquentation importante est un facteur de déstabilisation des populations piscicoles. De même que les prélèvements d'eau qui accentuent les phénomènes d’étiage.

Menaces
- Concurrence interspécifique et parasitaire : un risque potentiel est représenté par l’introduction possible de barbeau fluviatile, qui, par hybridation avec le barbeau méridional, risquerait d’éliminer cette espèce.
- Incidence des usages et activités humaines :
- la pêche : le barbeau méridional est une espèce qui peut être occasionnellement capturée par les pêcheurs à la ligne mais c'est un poisson très peu recherché.
Les alevinages et les déversements de truites surdensitaires peuvent avoir un impact s'ils sont réalisés en trop grande quantité. Les déversements actuels de truites surdensitaires sur la Siagne sont peu denses et ne compromettent pas les
populations de barbeau méridional.

- la baignade et la randonnée aquatique « aquarandonnée » : la fréquentation importante du site du printemps à la fin de l'été a un impact sur la population piscicole, le milieu et les fonctions de l’espèce, à savoir : perturbation de la reproduction et de la croissance des juvéniles par piétinement des zones de frayères et de croissance des juvéniles (zones de graviers, galets en sortie de lône), dégradation des zones d'alimentation par piétinement (écrasement et dérive des insectes… présents dans les graviers/galets), perturbation du mode de vie des adultes par destruction de l'habitat (déstructuration du milieu par des petits barrages, uniformisation des fonds suite au déplacement des blocs, disparition des embâcles) et par la présence d'individus dans le cours d'eau (modification du comportement des poissons perturbés).
- les prélèvements d'eau pour l’eau potable : ils réduisent la surface de ses habitats potentiels et accentuent l’étiage.
- le traitement de l'eau des captages : toute pollution peut avoir un impact sur les populations de barbeaux méridionaux.

Objectifs de gestion: 

- Maintien sur le site de cette espèce qui a une zone de répartition limitée.
- Conserver une diversité des fonds et des habitats (blocs, galets, débris végétaux, feuilles mortes), éviter la déstructuration des habitats.

Plan d’action proposé pour l’espèce sur le site
Recommandations générales concernant les usages, activités et aménagements :
- Eviter le piétinement des zones de frayères, gravières, substrats de ponte.
- Limiter au maximum la fréquentation du site. Sensibiliser le public à la présence du barbeau, et de son habitat. Actions pédagogiques à réaliser (mise en place d’une signalétique de connaissance et de protection du milieu).
- Faire appliquer les mesures réglementaires déjà existantes (interdictions de baignades, périmètres de protection des captages des sources).
- Mesures de nature contractuelle préconisées : mise en place de conventions avec les propriétaires pour se réserver les baux de pêche et ainsi avoir la gestion du secteur concerné.
- Mise en place d'un poste de garde au rôle de surveillance et de sensibilisation du public : mieux utiliser le dispositif actuel, défaillant.
- Limiter les prélèvements d'eau.
- Augmentation des débits, aménagements, travaux de restauration ou d’entretien à réaliser : débit réservé à la prise d’eau EDF de la source de la Siagne à porter de 62 l/s
à 248 l/s (soit passage du 1/40 du module au 1/10 du module)-augmentation en attente depuis 1994- ; débit réservé à la prise du canal de la Siagne : 90 l/s, à augmenter ;
source de la Foux, absence de débit réservé or celui ci devrait être prévu au minimum de l’ordre de 20 à 50 l/s ; augmenter le débit réservé au captage de la source de la Siagnole de Mons, actuellement de 17 l/s.

Indicateurs de suivi recommandés

Suivi annuel de la population de barbeau méridional en parallèle aux opérations de suivi des populations de salmonidés menées depuis plusieurs années.

Date de publication Titre
12/10/2009 - 10:06 Comité de pilotage NATURA 2000

La prochaine réunion de comité de pilotage du site NATURA 2000 Gorges de la Siagne (FR 9301574) aura lieu le 5 novembre 2009 à St vallier de Thiey à 14h30.
Ordre du jour :
1. Rappel...

15/09/2009 - 07:50 Les listes actualisées des sites Natura 2000 ont été publiés au JO-UE

Les listes biogéographiques (des sites d’importance communautaire terrestres - SIC) « actualisées » qui ont été approuvées le 12 décembre 2008 par la Commission Européenne, ont été publiées au...

15/09/2009 - 07:20 les 30 ans de la Directive Oiseaux

L‘Union Européenne célébre le 30e anniversaire de la directive « Oiseaux ». Ce fut le premier texte législatif de l’Union Européenne en faveur de la protection de la nature. La directive « Oiseaux...