Tanneron

Situation: 

La géographie de la terre a bien changé depuis 4 milliards d'années et une des plus anciennes formations de la fin de l’ère primaire est le massif de l’Estérel vestiges du continent Tyrrhénien.Le Tanneron, sorte d'apophyse de l'Estérel, se développe entre les vallées de l’Argentière et de la Siagne. L'éruption de volcans a formé un important massif de porphyre rouge qui s’étend du Tanneron aux gorges de Pennafort dans le département du Var. Tanneron est une commune du canton de Fayence, arrondissement de Draguignan,composé d’un habitat dispersé de 22 hameaux.
Blason TanneronBlason TanneronTanneronTanneron

Antiquite: 

Il y a longtemps, cette contrée était habitée par de nombreuses tribus nomades. Au VIe siècle avant J-C, ces tribus furent soumises par les romains, qui les sédentarisèrent, leur assurant une sécurité jusqu’à la fin du Ve siècle. La forêt des Maures a toujours étaient un repaire de brigands mais avant tout investie par les sarrasins dont les attaques étaient fréquentes.
Forêt de TanneronForêt de Tanneron

Histoire: 

Au Xe siècle, le massif du Tanneron faisait partie des terres du Seigneur Hugues de "Callian". Hugues avait pris le nom du domaine qui faisait la liaison entre ses biens et ceux de son épouse Hermengarde. Hugues de Callian devint maître de toute la vallée de la Siagne lui valant le titre de "Princeps", c’est-à-dire le premier Seigneur de la région. L’apparition du château a marqué durablement la physionomie des campagnes. La Tour quadrangulaire de Saint-Cassien-des-Bois, à la confluence des cours d’eau Biançon-Siagne, est certainement très ancienne, bâtie où se trouvait autrefois le château ou "castrum Tanaroni" qui a disparu. L’habitat fortifié est en maçonnerie dès l’An Mil et la Tour qui subsiste à Saint-Cassien-des-Bois possède des parties remontant à la fin du XIIe siècle. Cet ancien château fortifié servit d’hospice et d’étape
aux pèlerins.Il devait probablement exister à cet endroit un octroi, droit de passage.Tanneron, ancien hameau de Callian,appartenait à la Maison des "Grasse"
à la branche des "Grasse-Cabris" depuis 1200 et
jusqu’en 1655. Au XVIe siècle les guerres de religion secouent le pays de Siagne et Tanneron est toujours le fief des " Grasse". A la fin du XVIIe siècle, Tanneron devint propriété des seigneurs de Villeneuve et d’autres seigneurs de moindres maisons venaient y chasser. Le cadet des Villeneuve portait le nom de Tanneron. A la Révolution, les châteaux sont pillés et brûlés et le brigandage sévit dans l’Estérel. L’histoire de Tanneron est liée à celle de Callian, dont elle faisait partie intégrante jusqu’en 1835. S’en détachant, Tanneron forme depuis une commune à part entière. Tour Saint-Cassien-des-BoisTour Saint-Cassien-des-Bois

Le Religieux: 

Au gué de la Siagne, la chapelle Saint-Cassien-des-Bois était la porte d’entrée des domaines lériniens. Ce passage, fermement gardé, formait la limite du fief d’Antibes. Un péage était probablement instauré (octroi), sources évidentes de revenus pour l’abbaye de Lérins qui détenait depuis 1030 la majorité des chapelles. Cet ancien prieuré, à la confluence du Biançon et de la Siagne, était régi par un religieux qui se chargeait de la ferme et du prieuré, celui-ci dépendant de la paroisse de Callian. En 1340, on ne comptait qu’un prieur et un moine pour le domaine qui comprend la paroisse de Callian mais aussi la Seigneurie de la Colle-Narbonne, Saint-Julien et Saint-Cassien. En 1621 il est voté la "réparation de la Tour près de la Chapelle Saint-Cassien à Tanneron pour servir de logement à Antoine Félix, prêtre, ermite, ladite réparation devant être faite de concert avec De Grasse, sieur de Cabris et Tanneron". Par la suite le prieuré de Saint-Cassien fut uni à celui de Notre-Dame "d’Ambryan" (Domaine de Tournon).Il n’y a pas d’église à Tanneron au XVIIIe siècle, seule existait la petite chapelle de Saint-Cassien-des-Bois délabrée et abandonnée au bord de la Siagne. La chapelle de Saint-Cassien-des-Bois, avec son petit cimetière tout proche, fut restaurée en 1970. Lors du détachement de Tanneron du territoire de Callian, en 1835, l’église de Notre-Dame de Peygros fut construite au sommet d’une colline d’où l’on domine les différents plans d’un paysage qui semble ne jamais finir. C’est en 1839 qu’elle fut érigée en succursale, dédiée à Saint-Antoine de Padoue et le service paroissial était assurait par le curé des Adrets, ou parfois celui de Pégomas. Chapelle Saint-Cassien-des-BoisChapelle Saint-Cassien-des-BoisPlan coupe chapellePlan coupe chapelleNotre-Dame de PeygrosNotre-Dame de Peygros

Le village: 

Au XIIe siècle, une poussée démographique paraît incontestable en Provence et le massif du Tanneron à cette époque était couvert d’une magnifique pinède. Tanneron était composé de 22 hameaux, avec un mélange de deux quartiers, "Peygros et la Grille" désignés comme centre. En 1882 il y avait 218 maisons et aujourd’hui on compte 39 hameaux et lieux dits.
Saint-Antoine, protecteur du village, était fêté sur la place, que l’on nomme aussi place de la Mairie.
La population de 600 habitants, en 1905, voit arriver l’électricité dans leur commune. Les tanneronais se souviennent bien aussi des fêtes à Saint-Cassien-des-Bois où les gens des villages environnants se
retrouvaient pour la journée.De nos jours, la floraison du mimosa illumine les hameaux et les coteaux du Tanneron d’une couleur soleil que le touriste aime à humer et à regarder.Vue aérienne du villageVue aérienne du villagePlace de la MairiePlace de la Mairie

Le terroir: 

Les contemporains racontent que certains arbres atteignaient 30m de haut et 7m de circonférence. Il est certain que les forêts de Tanneron contribuèrent à alimenter les fours de nombreuses verreries qui voient le jour. Du XVIIe au XVIIIe siècle, la forêt a été considérablement dégradée, la Marine Royale en pleine expansion, étant forte consommatrice de bois de charpente pour les navires, tout cela non sans graves dommages pour ces forêts si riches jadis. Utilisé depuis 3000 mille ans avant J-C, le chêne liège servait aux égyptiens pour fabriquer les bouchons des amphores. Tanneron possédait de vastes subéraies, qui aujourd’hui sont devenues rares et protégées.
Le blé était la production de base pour nourrir la population. Sur les bords du Biançon, les habitants de Tanneron, Montauroux et Callian venaient y travailler les cultures de haricots, de fraises, d’arbres fruitiers et aussi de vignes. En 1769 un violent incendie ravage la majeure partie des forêts du Tanneron et c’est au cours du XIXe siècle que le mimosa commence à recouvrir le massif. L’industrie est représentée par le moulin à farine de Saint-Cassien, la fabrique du charbon de bois, une scierie et une mine d’anthracite. Les charbonnières sont restées longtemps d’actualité et il existait aussi une fabrique de tuile et de plâtre. De nouvelles cultures apparaissent, liées aux parfumeries de Grasse. Depuis 1985 les réalisations se sont multipliées et Tanneron s’est largement ouvert au tourisme.Construction navaleConstruction navaleChêne liègeChêne liègeCulture de LysCulture de Lys

Les voies de communication: 

Pour accéder au village de Tanneron, il existait un chemin qui rejoignait la route de Draguignan-Grasse, "le Grand chemin" de Montauroux à Tanneron. La communauté vivait alors en quasi-autarcie étant enclavée dans les bois. C’était à pied ou à mulet que l’on circulait sur de vieux chemins rocailleux, d’un hameau à l’autre.Un des chemins des plus fréquentés était celui qui à droite du hameau de Pourrières, descendait et débouchait face à l’esplanade de Saint-Cassien-des-Bois, lieu très animé avec la scierie, le départ du flottage du bois et le moulin.
Depuis 1883, la construction de la ligne de chemin de fer faisait travailler une grande partie des habitants de Tanneron, en particulier les bûcherons. Au terme de vingt ans de discussion,la ligne Meyrargues-Draguignan-
Grasse a été déclarée d’utilité publique en août 1882.
La section Montauroux/Grasse fut ouverte à l'exploitation le 8 novembre 1890.
Lors des élections législatives de 1889, les élus de Tanneron firent un pacte avec M. Clemenceau. Sans accès correct, les habitants ne pouvaient commercer et Georges Clemenceau, en 1890, vint les voir et fut à l’origine de la construction d’un pont "Clémenceau",
que les villageois demandaient afin de profiter du chemin de fer et libérer le village de sa solitude.
Le 24 août 1944, un commando allemand déclenche les charges explosives mises en place et c’est ainsi que s’effondrent deux travées métalliques du viaduc de la Siagne, une troisième restant suspendue dans le vide. Dès le mois de septembre 1944, les trains circulent vers l’Est jusqu’à la gare de Tanneron, point extrême avant la "coupure" de la Siagne. La station devient
"terminus" par la force des choses et la ligne est définitivement fermée le 2 janvier 1950. Pont "Clémenceau"Pont "Clémenceau"Vestige pont des "Concombres"Vestige pont des "Concombres"Viaduc de la SiagneViaduc de la Siagne
Halte gare de TanneronHalte gare de Tanneron

Les moulins: 

La diffusion des moulins à eau fut une véritable évolution technique mais leur construction demandait un investissement considérable. C’est d’abord dans les grands domaines qu’ils se sont répandus. Les moulins deviennent vite au Moyen-Âge un lieu de contact et de rencontre. Une transaction de la fin du XVIe siècle entre "Henri de Grasse, seigneur de Cabris et de Tanneron, et la communauté" relate "la construction en commun de moulins audit Tanneron et aux droits de mouture,visant la sentence arbitrale rendue en février 1497 par le prieur Barthélemy Delphin ". On trouve aussi un extrait de "prix fait" du moulin de Tanneron et d’arrentement des fours entre 1570-1679. En 1734
"l’autorisation est donnée "avec plaisir" à l’évêque de Grasse d’appuyer sur un rocher à Tanneron une écluse qu’il a l’intention de construire sur la Siagne, etc ... "(AD).Le moulin à farine de Saint-Cassien-des-Bois, récemment remis en valeur par un chantier de jeunes,abritait dans le même bâtiment une scierie et fut le point de départ des bois de flottage.
Des troncs d’arbres étaient jetés dans la Siagne et dirigés vers La Bocca pour les besoins de la verrerie.
Moulin Saint-CassienMoulin Saint-CassienTour et moulinTour et moulin

L'eau: 

La Siagne au niveau de Saint-Cassien-des-Bois est entourée d’une végétation qui s’accroche à la roche de toutes ses forces. A la suite de la rupture du barrage de Malpasset (Fréjus), l’E.D.F commence en 1962 l’énorme chantier du barrage de Saint-Cassien sur le Biançon. Encore bien des personnes ignorent que là étaient les terres les plus fertiles, c’était "le petit Pra-long et le grand Pra-long" aujourd’hui le quartier de Pré-claou. Plusieurs cabanons, sept maisons et une scierie ont disparu ainsi que le petit pont qui passait le Biançon, noyés sous les eaux du lac de Saint-Cassien. Le lac contient 60 millions de m3 d’eau pour irriguer la région et lutter contre l’incendie. L’usine électrique de Saint-Cassien, bâtie sur la commune de Tanneron, a une puissance de 20 MWatts qui assure une production énergétique de 44 millions de Kwh par an. Pour traverser le lac, le Pont du "Pré-Claou" a été construit simultanément. Le lac de Saint-Cassien a modifié le paysage avec de nouvelles
perspectives touristiques. Les sentiers sont nombreux autour du lac, offrant aux promeneurs le loisir de découvrir les sites naturels dont la faune et la flore sont très variées. Les férus de pêche s’adonnent à ce sport et des photos exposées dans les restaurants sur les rives du lac, rappellent certaines prises
"mémorables". Construction pont Pré Claou, au fond pont du Biançon disparu sous les eauxConstruction pont Pré Claou, au fond pont du Biançon disparu sous les eauxPêcheur aux chûtes de la SiagnePêcheur aux chûtes de la SiagneBarrage Saint-CassienBarrage Saint-Cassien

Les souvenirs: 

PlacePlaceMoulin, Tour, Chapelle et Pont ClémenceauMoulin, Tour, Chapelle et Pont ClémenceauEcolos du début du XXe siècleEcolos du début du XXe siècleQuartier St Cassien des BoisQuartier St Cassien des BoisFête Saint-AntoineFête Saint-Antoine

Date de publication Titre
10/10/2014 - 10:24 Ouvrage Moulins

Un ouvrage sur les Moulins en Haute Siagne devrait paraître en fin d'année. Il résume la vie de ses premières "usines" et en raconte l'histoire.

06/12/2013 - 12:35 1er Comité de Pilotage de l'étude "Diagnostic pour une gestion équilibrée de la ressource en eau du bassin versant de la Siagne"

Le Comité de Pilotage de l'étude ""Diagnostic pour une gestion équilibrée de la ressource en eau du bassin versant de la Siagne" menée par ARTELIA s'est réuni le 4 décembre 2013 à Mandelieu afin...

06/12/2013 - 12:21 Organigramme des instances pour l'élaboration du SAGE de la Siagne

Afin de mieux comprendre comment s'articule les différences instances pour l'élaboration du SAGE de la Siagne, nous vous proposons un organigramme simplifié

...