Sphinx de l’épilobe

Nom: 
Sphinx de l’épilobe
Nom Scientifique: 
Proserpinus proserpina (Pallas, 1772)
Présentation de l'espèce: 

Sphinx de l’épilobeSphinx de l’épilobeSphinx de l’épilobeSphinx de l’épilobe

Classe : Insectes
Ordre : Lépidoptères
Famille : Sphingidaes
Genre : Proserpinus
Espèce : proserpina

Description et caractéristiques générales

Description
Proserpinus proserpina a une envergure d’environ 36 à 45 mm. Espèce très caractéristique par ses ailes antérieures découpées au fond gris verdâtre traversées par une large bande médiane brun olivâtre bordée de blanc et contenant la tâche discale noire, aire externe fortement assombrie ; les ailes postérieures jaune-orangé vif avec une bande marginale noire devenant gris verdâtre vers l’angle anal. Le corps est trapus et velu gris verdâtre. Les antennes sont noires avec l’apex blanc. Les femelles sont semblables aux mâles mais légèrement plus grandes et plus sombres.

Habitat
Considéré le plus souvent comme une espèce des zones humides, ce sphinx colonise en fait toutes sortes de milieux ouverts de plaine ou d’altitude du moment que s’y trouvent ses plantes nourricières (onagracées et lythracées). Il n’est pas rare de trouver ses chenilles dans les éboulis même éloignés de cours d’eau où se trouve l’Epilobium rosmarinifolium.

Activité
Les adultes ont une activité diurne et nocturne. On peut observer les imagos dès le début du mois de mai jusqu’à la fin du mois de juillet en fonction de l’altitude.
La durée de vie depuis la ponte est d’un an environ.

Reproduction
La ponte semble très étalée dans le temps dès l’apparition des premiers adultes : début du mois de juin jusqu’à la mi-août, à 1000 m d’altitude.
L’hypothèse de la possibilité de deux générations, même partielles en zone méditerranéenne, semble devoir être abandonnée d’autant que les plantes hôtes disparaissent à la fin de l’été. On peut penser que des émergences tardives exceptionnelles ne pourraient pas donner de descendance.
Les chenilles se nymphosent dans la litière sur le sol.
Les populations de chenilles sont assez nombreuses tandis que la densité des imagos est beaucoup plus faible à cause du taux de parasitisme (mouches tachinaires – diptères) durant la vie larvaire de l’espèce.

Régime alimentaire
La chenille se nourrit de l’Epilobium rosmarinifolium.

Répartition, Etat de Concervation & Evolution: 

Sur l’ensemble de son aire
Le sphinx de l’épilobe est distribué dans toute l’Europe, sauf dans la partie septentrionale, au Maroc, en Asie jusqu’au Turkestan.

En France
Elle est présente dans tout le pays sauf dans l’extrême nord-ouest où elle serait actuellement en expansion.

En région Provence-Alpes-Côte-d’Azur
L’espèce semble absente du cordon littoral. Elle est largement répandue ailleurs jusqu’à 1800 m en montagne.

Intérêt et caractéristique: 

Particularité, originalité et intérêt justifiant la conservation de l’espèce sur le site
Cette espèce, citée en annexe IV de la directive Habitats, est présente sur le site mais difficile à observer.
Elle est très présente car le milieu lui est très favorable, mais reste rare.

Distribution détaillée sur le site
En Haute Siagne, l’espèce a été observée près du Pont de Siagne aux Veyans sur la commune de Saint-Cézaire-sur-Siagne ainsi que vers le barrage EDF de Saint-Cassien-des-Bois sur les communes du Tignet et Tanneron.

Evolution et état des populations
Les populations de l’Euplagia quadripunctaria ne sont actuellement pas menacées les zones de reproduction sont le plus souvent inaccessibles.

Menaces potentielles
Les espaces les plus vulnérables sont les zones mégaphorbiaies facilement accessibles sur les berges ou les îlots alluvionnaires des cours d’eau du site.
Un fort piétinement des zones de reproduction peut être dommageable pour les populations à cause des chenilles se nymphosant en litière sur le sol.
Mesures de protection actuelles
- Directive Habitats : Annexe IV

Diagnostic synthétique: 

Les effectifs de la population semblent intéressants dans la zone considérée et ne sont pas menacés pour le moment à l’intérieur du périmètre. Le papillon mérite un suivi dans le périmètre.

Objectifs de gestion: 

- Maintenir en bon état la ripisylve en gérant la fréquentation du public afin d’éviter la destruction des zones de mégaphorbiaies présentes le long de la Siagne et des zones humides
- Faire suivi annuel des espèces et des zones de ponte

Date de publication Titre
06/12/2013 - 12:08 2ème réunion de la Commission Locale de l'Eau

La Commission Locale de l'Eau (CLE) s'est réunie le 13 novembre 2013 à Tanneron.

Lors de cette réunion les membres de la CLE ont validé :
- les règles de fonctionnement

- la...

08/07/2013 - 16:23 Installation de la CLE

La Commission Locale de l'Eau a été installée le 11 juin 2013 par le Préfet des Alpes-Maritimes lors d'une réunion en mairie de Peymeinade.
Le collège des collectivités a élu comme Président...

08/07/2013 - 16:07 Arrêté de la CLE

L'arrêté de la composition de la Commission Locale de l'Eau a été validé le 14 mai 2013 et signé par le Préfet des Alpes-Maritimes, M. Christophe MIRMAND.